Collaboration Art moderne : Alexander Mcqueen et Damien Hirst une réinterprétation iconique

Damien Hirst est un artiste complet car il est sculpteur, peintre et graveur. C’est un contemporain de nationalité britannique. Il pratique et explore les relations entre la science, la religion, la vie, la mort et bien entendu l’art.

 

Capture d’écran 2019-04-23 à 23.20.52.png

La réalisation en 2007 de son emblématique crâne est une copie exacte d’un vrai crâne humain. Il utilise le platine comme matériau et l’orne de 8601 diamants et conserve des dents réelles. Cette sculpture est nommée « For the Love of God ». Elle l’a rendu célèbre. Rien ne permettait de prévoir que ce crâne allait être source d’inspiration.

La maison de couture britannique, Alexander Mcqueen, appartenant au groupe Kering est connue pour être visionnaire, déterminée et aimant jouer sur les émotions. Ce sont notamment les foulards naturels qui ont permis le succès de cette maison. Ils sont devenus des pièces incontournables.  Alliant les différents thèmes de la nature, de la vie, de la mort, de l’esthétisme,  de la symétrie et de l’harmonie dans leur collection, il était donc évident à leurs yeux et inéluctable de collaborer avec l’artiste Damien Hirst.

Capture d’écran 2019-04-23 à 23.12.02.png

Alexander Mcqueen et Damien Hirst sont donc deux noms reconnus dans l’univers de la mode et de l’art. Ces deux artistes de deux mondes différents partagent la même vision de l’esthétisme et de la nature.

Afin de fêter les 10 ans des « Skull Scarf », l’enseigne a décidé, en collaboration avec Damien Hirst, de lancer une nouvelle collection de foulards. Pour augmenter l’exclusivité de cette collection, elle a été lancée en édition limitée.

Le foulard imprimé tête de mort est devenu la pièce iconique de la marque Alexander McQueen.

 

Capture d’écran 2019-04-23 à 23.20.05.png

Inspirée de la série des œuvres intitulée Entomology, (l’étude des insectes) la collection s’étend à plus de 30 modèles unisexes réalisés en différents matériaux, tels la mousseline de soie, le twill, le pongée de soie et même le cachemire.

Dans cette symphonie de foulards, plusieurs motifs tels que des papillons, des araignées, des punaises, des scarabées et bien d’autres insectes encore s’entremêlent et forment un crâne. Ces motifs sont travaillés en utilisant une reproduction de kaléidoscope géométrique (cylindre creux occupé de plusieurs fragments de verres colorés). Ces formes permettent à Alexander McQueen une signature forte grâce à son motif « tête de mort ». Les foulards nous entraînent dans une farandole de couleurs et nous permettent de nous plonger dans l’imaginaire des deux artistes ainsi que dans leurs univers complexes.

Cette collection représente donc l’aboutissement de la recherche et du travail de deux âmes non-conformistes, qui étaient faites pour se rencontrer pour donner naissance à ce que l’on pourrait appeler un chef d’œuvre. Il est à  ce jour reconnu et sa notoriété perdure à travers le temps.

Leur formidable association a donc été un réel succès sans précédent pour tous les amateurs de mode et d’art moderne.

Pour découvrir ces foulards, nous vous invitons à cliquer sur le lien ci-dessous :

https://www.alexandermcqueen.com/fr/alexandermcqueen/online/femme/scarves

Une fois que vous aurez découvert ces modèles, n’hésitez pas à revenir vers nous pour nous livrer vos impressions et partager votre ressenti.

Collaboration art et luxe : Hermès, c’est tout un art

Vous n’êtes pas sans savoir l’origine, l’essence même, de la célèbre maison de luxe : l’Homme et le Cheval. Hermès, maison intemporelle qui a su traverser les époques, toucher toutes les générations depuis sa création, en 1837, ne s’est pas arrêtée au travail du cuir mais également à la parfumerie, à la soie, et tant d’autres savoir-faire, désormais maîtrisés à la perfection.

            Hermès est une maison classique et connue à l’international, notamment grâce à ses produits iconiques tels que : le Birkin, le Kelly, le carré de soie, les célèbres souliers Oran et de par ses différentes créations uniques et limitées.

Capture d’écran 2019-04-14 à 23.21.29

            De plus, Hermès a su intégrer à son histoire, à ses collections, l’art à travers l’objet. En effet, la marque propose régulièrement des produits issus de collaboration entre l’art et le monde du luxe. Le but étant de faire vivre l’objet, le tissu, les matières utilisées lors de la création d’un produit Hermès.

            L’art fait partie intégrante de l’image de la maison, les collaborations représentent une vraie plus-value, une valeur ajoutée, un sentiment d’authenticité et d’exception. En effet, l’association d’artistes avec le monde du luxe suscite une réelle curiosité de la part des consommateurs mais également de la part du monde de l’art.

            Ainsi, la couverture médiatique lors d’un lancement d’une collection ou d’une collaboration est beaucoup plus importante. Spécifiquement pour une maison telle que Hermès, liée à un artiste.


            Prenons exemple avec une célèbre collaboration entre luxe et art moderne avec la série limitée, les « Couleurs de l’ombre » de Hiroshi SUGIMOTO, parue en 2012. C’était une véritable prouesse, puisqu’il s’agissait de reproduire la lumière pure sur un carré de soie. Une telle coopération entre un artiste et une maison artisanale, familiale, donne lieu à un enrichissement réciproque, qui stimule la démarche créative et actualise ce qu’est la Maison Hermès.

Capture d’écran 2019-04-14 à 23.21.56

            La maison de luxe, aux couleurs orangées, détourne sans cesse son célèbre carré de soie et a pu présenter au printemps 2012, la troisième parenthèse artistique de son édition « Carré d’artiste » qui donne une liberté totale, depuis plusieurs années à un artiste, invité à revisiter le carré de soie.

En 2008, c’était l’artiste Josef ALBERS qui proposait sa vision de l’art en s’associant à Hermès avec la collection « l’Hommage au carré », puis s’en est suivi les « Photos-souvenirs » de Daniel BUREN, en 2010. Ainsi, la maison parisienne ouvre ses archives pour cette troisième collaboration et laisse le champ libre au photographe japonais et ami, Hiroshi SUGIMOTO, qui décline ses « Couleurs de l’Ombre » sur une dizaine de foulards, pour une collection exclusive.

            S’inspirant des recherches scientifiques élaborées par Newton ou Goethe sur les origines de la couleur, du spectre lumineux, de la captation de la lumière jusqu’à l’impact émotionnel des couleurs sur l’être humain pour sa dernière série de photographies, Hiroshi SUGIMOTO démontre dans ses photographies les variations subtiles des dégradés de couleurs, chaque fois uniques, tout comme son association avec Hermès.

Le résultat ? Une sublime collection capsule de 20 carrés reproduits en 7 exemplaires, soit 140 carrés en édition limitée dont la couleur a été imprimée au jet d’encre. Une collaboration comme un prolongement naturel aux recherches du japonais et en accord parfait avec la maison, mélange d’élégance, de simplicité et d’art moderne.

            Les carrés d’Hiroshi SUGIMOTO en collaboration avec Hermès ont été dans, un premier temps, présentés au Museum der Kulturen à Bâle, en juin 2012. De plus, ces pièces d’exception ont été mises en vente uniquement sur le site e-commerce, afin d’accentuer l’exclusivité de cette collaboration artistique et de toucher une cible plus jeune, notamment par la mise en avant de l’art moderne liée au monde du luxe.

Pour en découvrir davantage sur l’artiste et son travail au quotidien : https://www.sugimotohiroshi.com/


Et vous, que pensez-vous de cette collaboration ?

Que vous évoque l’art moderne en collaboration avec la maison Hermès ?

L’art et le luxe peuvent-ils être associés ?

Quelles collaborations entre le luxe et l’art moderne, ont pu vous éblouir ?

Collaboration art et luxe : Quand le Luxe se même à l’art moderne

Quand le luxe se mêle à l’art moderne

 

COLLABORATION DES PLUS CÉLÈBRES :  JEFF KOONS ET LOUIS VUITTON

 

Lorsque l’un des artistes contemporains les plus en vogue de notre époque s’associe à l’un des plus anciens et prestigieux malletier français, cela fait des étincelles…artistiques, des œuvres d’art à part entière. Et lorsque ces deux icônes intègrent à leur créations les toiles des maîtres de l’Art exposées au Louvre, il en résulte une association explosive. Retour sur une collaboration époustouflante et révolutionnaire qui bouscule les codes.

 

LE LUXE EST UN ART… VUITTON PROPOSE MÊME DES ŒUVRES D’ART À PORTER MAIN !

 

Le lancement a été dévoilé le 11 avril 2017, date à laquelle l’art contemporain a une fois de plus rencontré l’univers de la mode à travers l’annonce officielle de la collaboration entre Jeff KOONS, l’un des artistes contemporains les plus côtés et les mieux payés, et Louis Vuitton, une institution française et une maison de maroquinerie de luxe, connue dans le monde entier.

unnamed.png

 

Cette collaboration qui a associé cinq musées à ce projet, a donné lieu à une rencontre improbable, une alliance avec les toiles des grands maîtres de l’art, tels que Van Gogh, Rubens, ou encore Fragonard, et a vu le jour sous forme d’une collection de sacs à main, pochettes, foulards, sacs à dos et portefeuilles.

unnamed-1.png

Afin de rendre hommage à cette nouvelle association, cette annonce a été suivie d’un Gala organisé pour l’occasion le soir même au Louvre, présidé par les stars de la soirée : « Jeff KOONS et la Joconde », auquel a été convié plus de 200 personnalités triées sur le volet, issues du milieu de la culture, des arts et du cinéma.

 

unnamed-3.png

unnamed-2.png

 

 

 

 

 

 

Ce n’est bien évidemment pas une première Louis Vuitton, en effet, la célèbre marque de luxe a pour habitude de collaborer avec des artistes contemporains. Bien avant Jeff KOONS, la célèbre marque de maroquinerie avait déjà travaillé avec le designer Stephen SPROUSE/Marc JACOBS en 2001, s’inscrivant dans la tendance avant-gardiste du graffiti.

 

 

unnamed-4.png

POURQUOI CETTE COLLECTION A CONNU UN AUSSI GRAND SUCCES ?

Reprenant les imprimés des célèbres toiles des maîtres de l’art, connus de tous et exposés dans les plus prestigieux musées de Paris, les créations issues de la collaboration Vuitton x Koons sont gages de qualité et de luxe à la française.

De plus, à l’intérieur de chaque sac à main « Modern ART » on peut retrouver une biographie de Jeff KOONS, des explications historiques des célèbres tableaux et de son auteur également.

Le succès fut rapidement relayé sur les réseaux sociaux notamment grâce à une mascotte bien reconnaissable : un lapin gonflable, faisant référence à la célèbre œuvre de l’artiste, présent sur toutes les pièces de la collection.

 

Cette collection est une édition assez limitée mais qui fut reconduite toute l’année pour satisfaire le plus grand nombre. Ces « sacs œuvre d’art » ont été vendus entre 1800 et 3000 euros. Les plus célèbres furent, sans aucune surprise, La Joconde et Van Gogh, d’autres ont connu un succès beaucoup moins retentissant, faute de trouver preneur.

L’art moderne casse les codes et choque même parfois : des modèles tels que les nus de Titien, de Fragonard ou encore la chasse de Ruben, ont été interdits à la vente dans les pays musulmans (Arabie Saoudite, etc.)

 

 

JEFF KOONS : ARTISTE PROVOCATEUR ?

 

« Je voulais que ces sacs deviennent de l’art. Pour moi, l’art est ce qui nous permet d’être plus conscients de notre vie, de notre potentiel, et de ce que nous pouvons devenir. L’art n’est jamais objectif, c’est la capacité qu’à l’objet de nous communiquer ce que nous pouvons réaliser pour élargir notre vie. Les sacs ne sont pas de simples copies de peintres, ils en sont la transcendance » explique Jeff KOONS lors d’une interview réalisée dans son studio new-yorkais.

« A travers cette démarche artistique je célèbre l’humanité et j’espère que les gens qui voient ces sacs sentent cette connexion », conclut l’artiste.

 

Et vous que pensez-vous de cette collaboration ?

Le luxe et l’art moderne sont-ils intimement liés ?

Quelle collaboration entre l’art et le luxe vous a le plus marqué ?

 

unnamed-5.png

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer