L’artiste d’art moderne Rudolf Stingel : à la découverte des limites de la peinture

Rudolf Stingel est un artiste italien né en 1956 à Merano en Italie. Il a contribué à plusieurs courants artistiques tels que l’art abstrait, l’art conceptuel mais surtout l’art contemporain.
Il vit entre deux pays, l’Italie et les États-Unis, mais il est principalement basé à New York.
Il est connu au départ pour ses toiles monochromes alliant des couleurs argentées ; bleu, jaune et rouge.

Ayant fait partie du courant artistique abstrait des années 1990 où il réalisa des peintures à huile mélangeant des couleurs éclatantes et pures, cet artiste maintenant âgé de 63 ans a radicalement changé de vision en créant des œuvres contemporaines.

Pour ce changement, l’artiste Rudolf Stingel considère ses œuvres comme des travaux que ce soit sur toile, sur papier . En ce qui concerne son travail sur toile, il utilise une grande toile où il applique de nombreuses épaisses couches de peinture de couleurs assez particulières. Sa deuxième étape est de placer des morceaux de gaze sur sa toile (un tissu fin et translucide) et à l’aide d’un pistolet il ajoute une peinture argentée. La troisième phase est de tout simplement retirer le gaze faisant place à une vaste surface fastueusement texturée.

Pour ses œuvres sur papier, Rudolf Stingel est mondialement connu pour sa techniques qui consiste à appliquer de la peinture à l’huile ou de l’émail sur la toile au moyen de tulle. De cette façon il a publié cette méthode clarifiée par des dessins de bricolage traduit dans plus de 6 langues afin que quiconque puisse réaliser une de ses peintures avec un équipement adéquat et un procédé expliqué en détails. Il a tout simplement appeler son livre « Instructions ».

Mais Stingel ne s’est pas arrêté qu’à ces œuvres. Il a aussi réalisé toute une série de sculptures de radiateurs en utilisant de la résine translucide coulée où il a ajouté de la peinture acrylique orange lors du coulage. Il a voulu faire passer ces radiateurs comme ordinaires en les installant en intérieur.

Pour aller toujours plus loin, l’artiste d’art moderne a enquêté sur un rapport entre la peinture et l’espace. C’est pourquoi, il a développé de manière naturelle, une série d’installations qui devait recouvrir tous les murs et les plafonds et sols de salles d’expositions. Pour se faire, il utilise des tapis noirs et/ou blancs mais aussi monochromes, pour pouvoir métamorphoser chaque espace en un immense tableau sur lequel le public puisse imaginer en faire partie. Cette méthode a été appliquée à la Biennale de Venise mais aussi au Grand Central Terminal de Vanderbilt Hall et au Walker Art Center. Il a aussi transformé tous les murs d’une salle du Museum für Moderne Kunst à Francfort en Allemagne mais aussi le Palazzo Grassi.

Voulant à tout prix partager l’art avec le public, il a inventé une autre méthode, celle de recouvrir des murs avec des panneaux isolants en métal argenté. Après quoi, l’artiste contemporain a invité tous les visiteurs à marquer ces panneaux comme ils le souhaitaient. Le public a donc pu participer plusieurs fois lors de la Biennale de Venise de 2003, mais aussi lors d’une exposition au Museum of Contemporary Art de Chicago et au Whitney Museum of America Art. Les visiteurs ont pu s’en donner à cœur joie en écrivant ou bien en dessinant sur ces plaques métalliques nommées Celotex. Pour Rudolf Stingel, l’esprit et les gestes collectifs valent bien mieux que le nom d’un seul individu sur une œuvre.

Pour finir l’artiste a entrepris de baser une série de ses peintures, toutes réalisées en noir et blanc, grâce à des portraits photographiques pris par différents photographes tels que Robert Mapplethorpe ou bien de Sam Samore, deux personnes reconnues dans la photographie contemporaine. Afin d’obtenir une couleur quasi uniforme aux photos, l’artiste utilise une grande palette de couleurs dont la couleur principale est le gris.
Rudolf Stingel a commencé par peindre le portrait d’une galeriste reconnue : Paula Cooper. Ce premier portrait de 2005 est intitulé : Untitled.

A travers ces différentes méthodes Rudolf Stingel a voulu repousser les limites de l’art et de la peinture en remettant en question l’art contemporain. Un de ses vœux les plus chers était de rapprocher le public de lui-même afin qu’ils puissent dialoguer à travers l’art moderne. Il a voulu explorer plusieurs méthodes de création afin de montrer que, pour tous, il était plus ou moins facile de créer une œuvre à l’aide de matériaux non coûteux et disponibles rapidement tels que des tapis, du polystyrène et du polyuréthane mais avec les bonnes procédures. Comme l’artiste le disait assez régulièrement, il suffisait d’être un peu bricoleur et un peu artiste pour pouvoir créer un chef d’œuvre moderne.

Et vous ? Êtes-vous artiste ou bien bricoleur, ou bien les deux ??

Quoi qu’il en soit l’art est ouvert à tout le monde !

N’hésitez pas à partager vos idées ou bien vos chefs d’œuvres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :